Les indications du Dr Clark lors de douleurs inflammatoires: arthrite, polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie, bursite et goutte

Sep
24

Les indications du Dr Clark lors de douleurs inflammatoires: arthrite, polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie, bursite et goutte

Le Dr Clark s’étend longuement sur le soulagement des douleurs qui refusent de partir dans les organes, aux pieds, aux coudes, à la hanche, à la poitrine ou à la tête. Tous ces symptômes prennent des noms particuliers comme l’arthrite, la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, la bursite et la goutte. Ce sujet ne concerne pas les douleurs dont la cause est physique comme un os cassé, une cheville tordue, une piqûre d’abeille, une vertèbre mal alignée, ou encore un coup de soleil.

« La réponse à cela n’est pas de « désenflammer » avec des médicaments (cortisone, etc.). La réponse n’est pas de réduire une enflure ou la température corporelle. La réponse n’est certainement pas un antidouleur. La réponse est d’éliminer les bactéries. Cependant ce n’est pas la réponse ultime, qui consiste en finalité à stopper la source bactérienne, ainsi que l’invitation de votre corps à être envahi. » (Dr Clark, livre « The Cure For all Diseases », 1995)

Lorsque de telles douleurs s’installent il s’agit d’un problème bactérien, mais cela ne peut survenir sans que l’organisme présente une vulnérabilité à l’inflammation. Le Dr Clark résume à deux étapes essentielles les situations qui favorisent l’apparition des symptômes.

  • Installation du terrain: de très petits cristaux en provenance des reins s’accumulent dans différentes régions du corps et forment des dépôts.
  • Apparition des douleurs: les bactéries trouvent ces dépôts nutritifs et, finalement, ce sont elles et leurs déchets qui causent la douleur.

La direction de travail du Dr Clark dans cette situation consiste à agir sur la présence de ces deux facteurs: les bactéries et les dépôts toxiques. Voici une synthèse de ses recommandations pour soigner ces problèmes.

Mesures concernant les bactéries (éléments pathogènes)

1. Zapper régulièrement

Le Dr Clark conseille d’éliminer les bactéries provoquant les inflammations avec un zappeur. C’est une mesure simple à suivre pour autant de disposer d’un appareil de ce genre. Zapper chaque jour, jusqu’à ce qu’aucun autre avantage ne soit constaté. Les cartes « arthrite » (Z725), « fibromyalgie » (Z707) et bactéries communes (Z721) du VariZappeur 2.0 peuvent compléter avantageusement le travail du zapping normal ou continu.

Le micro-courant du zappeur peut aussi soulager les douleurs, son champ d’action est donc intéressant sur plusieurs points.

2. Nettoyage des cavités dentaires et des cavitations

Une autre mesure préconisée par le Dr Clark pour retirer les bactéries nuisibles consiste à procéder à un nettoyage des cavités dentaires et des cavitations. Cela peut « magiquement » stopper une douleur dans le corps. En effet, les dents sont régulièrement un nid à bactéries pouvant provoquer des douleurs, même aux orteils !

La source bactérienne dentaire doit être plus sérieusement considérée qu’elle ne l’est habituellement. Par exemple les streptocoques, qui prospèrent naturellement dans la bouche (lorsque des lésions apparaissent dans la bouche, comme cela peut se produire chez le dentiste), en profitent pour rejoindre la circulation sanguine, et son susceptibles de provoquer une arthrite en se rendant aux articulations.

Note: les cavitations sont des infections osseuses dans la mâchoire, induites par les dents dévitalisées (dépulpées), dites dents mortes ou biologiquement malades. Une cavitation est un véritable nids à bactéries, qui peut engendrer insidieusement de graves infections, et des maladies systémiques à distance, c’est-à-dire dans différents organes.

3. Ajustement/changement du mode alimentaire

 « Une douleur pourrait revenir dans une heure, si vous ne saviez pas que les bactéries provenaient du fromage que vous avez mangé avec un sandwich après le zapping. En fait, la douleur n’a peut-être pas eu le temps de disparaître avant que la prochaine attaque ne commence et vous pourriez conclure, à tort, que cette méthode ne fonctionne pas. » (« The Cure For all Diseases », 1995)

C’est pourquoi, parallèlement au zapping, il est souvent nécessaire d’ajuster le mode alimentaire afin de retirer de l’alimentation les bactéries favorisant les inflammations. Sur ce point, le régime de Jean Seignalet se révèle efficace, notamment avec la polyarthrite rhumatoïde (82% de rémissions, ou régression des symptômes, selon Jean Seignalet).

Basé sur l’élimination du lait, de la crème, du beurre, des yaourts et des fromages, son régime se fonde sur l’incapacité, jugée très courante, des adultes à digérer intégralement la caséine (protéine du lait) et le lactose (sucre du lait). S’agissant du maïs et des céréales, il affirme que ces produits sont « dégénérés » depuis des dizaines d’années. Ses préconisations concernant les températures de cuisson reposent sur l’hypothèse que des protéines nuisibles se forment à partir de 42 °C et des toxines (substances toxiques) à partir de 110 °C.

Le régime de Jean Seignalet, assez exigeant, suit une direction de travail analogue à celle du Dr Clark : retirer du milieu les sources d’approvisionnement de certaines bactéries et toxines, provenant de l’alimentation, particulièrement à même de déclencher des « crises ».

Le but n’est cependant pas de dépendre d’un tel régime à vie, mais de l’utiliser comme un soutien, ou une béquille, le temps que la partie malade guérisse. Comment y parvenir ? Retrouver le potentiel d’autogestion de l’organisme permet de favoriser une guérison. Pour atteindre cet objectif il est nécessaire de détoxifier/assainir les émonctoires, c’est-à-dire les organes qui s’occupent de la gestion et de l’élimination des toxines. Ces organes sont situés en première ligne pour gérer les crises dans l’organisme, c’est pourquoi ils sont les premiers touchés. Il faut s’en occuper, afin qu’il ne soit plus exigé de suivre un mode alimentaire pouvant être ressenti comme exigeant ou restrictif. La direction de travail du Dr Clark consiste à entreprendre au minimum un assainissement des reins (cure des reins) et du foie (cure du foie), en complément aux mesures précédentes.

Mesures concernant les toxines: assainissement des émonctoires et élimination des toxines

1. Nettoyage en profondeur des reins 

Nous l’avons vu en introduction, les douleurs de type arthrite, goutte, etc., ont un lien avec la situation rénale. Le Dr Clark explique la genèse de nombreuses douleurs de type inflammatoire lorsque les reins ne fonctionnent plus de la bonne manière. Voici son important éclairage sur ce sujet.

« Les calculs commencent sous forme d’infimes cristaux, beaucoup trop petits pour être détectés par radiographie. Ils se déposent dans les minuscules tubules rénaux qui composent le rein, bloquant en partie le flux du liquide, ce qui conduit à une « rétention d’eau » dans les tissus. Quand le nombre de ces cristaux augmente, ils commencent à se déposer dans d’autres organes, comme les articulations des pieds et des mains, ainsi qu’à l’intérieur des artères, provoquant leur durcissement. Les symptômes habituels de cette situation sont des douleurs dans le bas du dos, les jambes, les pieds, les mains, et la goutte. 

Notre corps produit différentes sortes de calculs:

  • les cristaux d’acide oxalique provoquent des douleurs dans le bas du dos, et sont associés à de fortes douleurs musculaires,
  • les calculs d’acide urique se ressentent dans les orteils (goutte),
  • quant aux calculs à base de phosphates, c’est dans les autres articulations qu’ils font mal (arthrite).

Mais les cristaux ne causent pas de douleur par eux-mêmes. Leurs dépôts constituent des sources de nourriture pour les bactéries et, en fin de compte, ce sont elles, et leurs déjections, qui font souffrir.

En provoquant un blocage partiel, ces dépôts empêchent les métaux lourds de passer à travers les reins. Le mercure et le nickel, largués par les plombages dentaires, sont constamment excrétés par les tubules rénaux. Mais au fur et à mesure que les reins vieillissent, et que le déluge de composés toxiques augmente, les toxines se fixent tout bonnement aux dépôts qui encombrent déjà le passage. Il se produit alors un amoncellement de toxines qui ne tarde pas à envahir les reins. 

Le traitement pour les reins est le même pour tout le monde. Il s’agit d’une association de plantes et de substances alimentaires, dont l’action conjuguée peut dissoudre 7 types de calculs rénaux. La recette compte une longue liste d’ingrédients. La raison en est que les différents types de calculs ne doivent pas être dissous séparément. Cette recette [ndT: le nettoyage des reins Clark] les dissous ensemble en trois semaines. » (« La Cure de tous les cancers », 1993)

En résumé: il est important de procéder à un profond nettoyage des reins afin de rétablir, autant que cela soit possible, un excellent filtrage des reins. Cela permet de stopper la dissémination d’éléments dans le corps qui installent cette situation chronique.

2. Nettoyage du foie

Poursuivre avec plusieurs cures de nettoyage du foie est toujours recommandé, afin de favoriser l’élimination des toxines et rehausser la santé générale du corps.

Marco  – CuresClark.com

 

Articles reliés
Filter by
Post Page
Comprendre Cures de Nettoyage interne Environnement
Sort by

2 commentaires

  • michel
    Sep 27, 2018 @ 13:45

    Salut Marco, je suis intéressé à commencer les cures de nettoyage mais j’aimerais savoir si les médicaments que je prends pour l’arthrite psoriasique (méthotrexate, sulfasalazine, enbrel) peuvent nuire à l’efficacité de l’un et l’autre.

    Répondre
    • Marco
      Sep 28, 2018 @ 9:53

      Bonjour Michel,

      De manière générale, les cures de nettoyage interne pour les reins et pour le foie sont bien tolérées et n’ont pas d’incidence sur l’efficacité des médicaments, mais une contre-indication avec un produit reste possible. Concernant un amoindrissement de l’efficacité des cures à cause des médicaments, c’est possible, ne serait-ce que par le fait qu’il y a nécessité pour les reins et le foie de détoxifier certains éléments des médicaments ingérés quotidiennement. C’est une charge supplémentaire à traiter.

      Bien Cordialement,

      Marco

      Répondre

Laisser un commentaire